Jour de compétition à la piscine - Sophie Martin

Mon blogue

Jour de compétition à la piscine

Jour de compétition à la piscine - Sophie Martin

C’est le jour qu’aucun parent ne raterait pour rien au monde. Elle me regarde et m’offre un sourire un peu crispé. Je le lui rends et tourne assez vite mon regard vers le plafond transparent de la salle de sport. Elle doit penser que je suis en train de prier pour elle. C’est vrai en partie, mais je souhaite lui laisser le soin de se concentrer sur sa course.  

Le bassin de natation de la ville est plein à craquer. Le public, venu nombreux, fait autant de bruit que 1 200 personnes peuvent en faire dans une salle fermée. Aujourd’hui, se déroulent les finales des championnats régionaux de natation, et ma grande fille va disputer une de ces finales. Cela a commencé depuis bientôt deux heures, avec des qualifications âprement disputées.

En début de matinée, nous étions assez tendus. Mon mari et moi, ainsi que nos deux autres enfants, avons vu ma fille faire des courses extraordinaires, terminant deuxième et première, des séries qu’elle a déjà disputée. Nous étions anxieux, car ces deux derniers mois n’ont pas été très bons pour elle. Favorite dans sa discipline en début de saison, ses performances n’ont pas trop été à la hauteur de ses capacités.

Elle s’est qualifiée presque péniblement pour ces championnats. Son entraîneur, qui travaille en temps partiel dans un magasin spécialisé dans l’impression grand format Montreal, n’arrive pas trop à expliquer les causes de cette méforme. Je souhaitais juste que cela soit passager et qu’elle puisse obtenir cette médaille, qui lui est promise depuis le début de la saison. Les courses de ce matin sont rassurantes. Ma fille a su être au rendez-vous et se mettre à niveau de l’événement. C’est une battante, qui révèle souvent des aspects inconnus de sa personnalité face à des difficultés. Elle ne baisse jamais les bras.

C’est bientôt le départ de la finale. Je l’observe se tenir à quelques pas du bassin. Les autres concurrentes sont bien alignées sur la ligne de départ. Pour ces athlètes déjà aguerries, la course  a commencé depuis qu’elles ont quitté les vestiaires. Pour certaines, bien avant.

À ce moment, je l’imagine concentrée sur sa course. Pour ma part, je ne peux m’empêcher de penser à tout le chemin parcouru. Ma fille est née pour le sport. Dès son plus jeune âge, il est apparu que la voir intégrer un jour une sélection sportive, serait la suite naturelle de sa passion de toujours. Le sport a toujours été une passion chez elle. Toute jeune, elle aimait se dépenser, courir dans les jardins, pendant les vacances, avec les cousins. Elle ne trouvait jamais assez d’espace pour courir partout. Plus elle bougeait, plus elle était heureuse.

L’endurance et le souffle lui étant venu naturellement, c’est elle-même qui m’a demandé de l’inscrire au club de natation. Depuis, elle ne cesse de ramener des trophées à la maison. Les voilà qui s’approchent du bassin. C’est bientôt parti.